Deprecated: Automatic conversion of false to array is deprecated in /home/at-uxzby/actions-traitements.org/public/wp-content/plugins/ele-custom-skin/includes/enqueue-styles.php on line 22
18 janvier 2024 - Actions Traitements, association de patients VIH et co-infections
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
délai charge virale PVVIH

Source : infovih

Drastic reduction in time to controlled viral load in people with human immunodeficiency virus in France, 2009–2019: A longitudinal cohort study

  • 12 janvier 2024
  • Cuzin et al
  • Rédigé par : Dr Françoise Linard

Les objectifs internationaux en vue du contrôle de la pandémie liée au VIH ciblent 95% de PVVIH diagnostiqués en connaissance de leur statut, 95% sous traitement ARV et 95% avec une charge virale indétectable durable. Ces objectifs représentent des moments charnières dans la cascade de soins, du dépistage à la suppression virologique continue. La connaissance de l’évolution de ces étapes au cours du temps est indispensable afin de garantir l’obtention du contrôle de la pandémie1-2.

Dans cette étude rétrospective, au sein de 29 centres français participant à la cohorte Dat’Aids, les auteurs ont comparé différents délais de la cascade de soins sur 10 ans, entre 2009 et 2019 : le délai entre le diagnostic et la première consultation spécialisée, le délai entre la première consultation et la mise sous traitement, et le délai entre le traitement et l’indetectabilité (définie par une charge virale <200 copies/mL).

Pour lire la suite cliquez ici : infovih

VIH essais cliniques mondiale

Source : Globenewswire

BOSTON, 30 déc. 2023 (GLOBE NEWSWIRE) — Novotech, le principal ORC biotechnologique axé sur l’Asie-Pacifique et doté de capacités d’exécution mondiales, a publié aujourd’hui la dernière édition 2023 de son rapport sur le périmètre mondial des essais cliniques sur le VIH, une maladie qui touche aujourd’hui plus de 39 millions de personnes.

L’équipe d’analystes de Novotech rédige ces rapports d’experts sur une base mensuelle. Ils sont entièrement gratuits, et dressent un bilan à jour de l’activité mondiale en matière d’essais cliniques, en révélant les régions où les volumes d’essais sont les plus élevés ainsi que les facteurs qui en sous-tendent les tendances. Ils abordent les obstacles rencontrés par les sociétés de biotechnologie dans des domaines thérapeutiques spécifiques et évoquent des thérapies à venir et les futures tendances en matière d’investissement.

Selon le rapport HIV Global Clinical Trial Landscape (ou : Périmètre mondial des essais cliniques sur le VIH), l’industrie biopharmaceutique a initié plus de 1 000 essais cliniques sur le VIH dans le monde depuis 2018. Leur ventilation géographique s’établit ainsi : L’Asie-Pacifique en pilote 29 %, suivie par l’Europe à 28 %, et l’Amérique du Nord à 26 %. Le reste du monde (RDM) n’en conduit qu’une part modérée de 17 %.

Dans la région Asie-Pacifique, c’est la Chine continentale qui retire la part du lion, à l’origine de 45 % des essais. En Europe, l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni ont organisé le plus grand nombre d’essais sur le VIH. Parmi les pays du RDM, l’Afrique du Sud arrive en tête avec 31 % d’essais sur le VIH.

Le rapport passe également en revue les données relatives au nombre de cas et à la mortalité en 2022, par région.

  • L’Afrique du Sud a enregistré 7,6 millions de cas et 45 000 décès liés au sida, ce qui souligne la gravité de l’impact dans le pays.
  • L’Inde a déclaré 2,5 millions de cas et 40 000 décès, ce qui témoigne d’une charge de morbidité importante.

Pour lire la suite cliquez ici : Globenewswire

Prise en charge VIH

Source : L’opinion

Depuis le dépistage jusqu’au traitement, le processus de prise en charge des personnes atteintes du sida fait face à plusieurs défis. Dans cette interview, Mehdi Karkouri, président de l’Association de lutte contre le sida (ALCS), nous parle de l’apport de la généralisation de la couverture sanitaire universelle dans la lutte contre cette épidémie.

  • Après 35 ans de lutte contre le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), comment évaluez-vous les résultats obtenus par le Maroc à ce jour ? 

– Le Maroc a enregistré des progrès notables en matière de lutte contre le sida. C’est un des rares pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à avoir inversé la courbe ascendante du nombre des nouvelles infections. Ainsi, notre pays a réduit les nouvelles infections de 50% entre 2010 et 2022. Le nombre des décès a diminué aussi de 59% sur la même période. Cela dit, beaucoup reste à faire pour améliorer la qualité de la prise en charge des malades, notamment ceux qui n’ont pas de couverture sociale, et lutter efficacement contre la stigmatisation ainsi que la discrimination. 

  • Les statistiques du ministère disent que 4.767 personnes atteintes du VIH ignorent qu’elles ont contracté le virus. Comment expliquez-vous cela ?  

– En 2022, plus d’une personne vivant avec le VIH sur cinq ignorait sa séropositivité. Au moins 760 personnes seraient nouvellement infectées par le VIH durant la même année. La tranche d’âge la plus touchée est celle des 25-34 ans. C’est la raison pour laquelle l’ALCS a décidé de cibler, plus particulièrement, les jeunes lors de la 4ème édition de la Semaine internationale du dépistage qui s’est déroulée du 20 au 26 novembre 2023. Lors de ladite Semaine, les conseillers communautaires du dépistage de l’ALCS ont réussi l’exploit d’effectuer 3064 tests de dépistage du VIH en 7 jours. Résultat : 33 tests étaient positifs. 

Cela signifie que le dépistage est la première étape de la lutte contre le sida. En effet, il permet à la personne de connaître son statut sérologique et de bénéficier d’un traitement précoce et gratuit. Il est important de souligner qu’une personne vivant avec le VIH, qui prend son traitement de manière correcte et dont la charge virale est indétectable, ne transmet pas le VIH à son partenaire, même lors de rapports sexuels sans protection. Ainsi, le fait d’intensifier le dépistage et de lever les obstacles, qui entravent l’accès des populations les plus vulnérables au VIH à ce service, est aujourd’hui une priorité.

Pour lire la suite de l’article cliquez ici : L’opinion

Chemsex témoignage prévention

Source : franceinfo

Un homme de 35 ans serait mort lors d’une soirée chemsex à Lyon, dans la nuit du 3 au 4 janvier. Terme popularisé lors de l’accident mortel provoqué par Pierre Palmade, la pratique est souvent taboue. Il y a quelques mois, un chemsexeur avait accepté de témoigner auprès de France 3.

« Chemsex » un mot mal connu, qui refait surface dans l’actualité lyonnaise. Selon une information diffusée par nos confrères du Progrès, un homme de 35 ans est décédé lors d’une soirée chemsex, dans la nuit du 3 au 4 janvier 2024. Toujours selon le journal, il pourrait être mort d’une overdose à son domicile, alors qu’il passait la nuit avec un compagnon rencontré sur un site en ligne.

Le chemsex, contraction de « chemical » et « sex », englobe des pratiques sexuelles sous l’influence de produits psychotropes. En février 2023, le terme avait été médiatisé lors de l’affaire Pierre Palmade. De nombreux chemsexeurs s’étaient alors sentis diabolisés. L’un d’eux avait alors accepté de raconter son vécu à France 3.

« La drogue a un tel impact sur le cerveau et est tellement accessible que ça devient vite une habitude. On sous-estime quand on est dedans, on ne peut pas s’en rendre compte. Pour moi, c’était tous les week-ends. » Il s’appelle Ethan, ou plutôt, il a choisi de s’appeler comme cela quand il témoigne au printemps 2023.

Ethan a 24 ans et déjà une existence à cent à l’heure au rythme de ses embûches et de ses émotions. Des pulsations d’une vie parfois à rebours des autres, parfois en avance, entre familles d’accueil, jobs pour s’en sortir, CDI et rêves de liberté en achetant bientôt une petite voiture « pour s’aérer ». Le jeune homme tient à raconter les mécanismes dans lesquels il s’est retrouvé.

Une drogue dérivée de la cocaïne

Ethan a rendez-vous pour une séance spécialisée sur la pratique et les addictions liées au chemsex au Griffon, un centre de santé sexuelle et communautaire, ouvert à l’automne 2022 dans le quartier de la Croix Rousse à Lyon. 

Pour lire la suite l’article en entier cliquez ici : franceinfo